Chez SFR, les homosexuels aussi auront droit à un congé "paternité"

La tour SFR à La Défense (Hauts-de-Seine), le 15 février 2008.
La tour SFR à La Défense (Hauts-de-Seine), le 15 février 2008. (CHRISTOPHE LEHENAFF / PHOTONONSTOP)

Le groupe de télécommunications a accepté d'accorder aux salariés de l'entreprise dont le conjoint homosexuel a eu un enfant un congé de 11 jours, selon "Le Figaro".

L'Etat ne reconnaît pas l'homoparentalité mais le monde de l'entreprise prend les devants. Le groupe de télécommunications SFR a accepté d'accorder aux salariés de l'entreprise dont le conjoint homosexuel(le) a eu un enfant un congé de "paternité" de 11 jours. Selon Le Figaroqui a révélé l'information lundi 13 février, les salariés homosexuels du groupe pourraient y prétendre dès le 1er mars.

Marie-Christine Théron, directrice générale des ressources humaines de SFR, aurait donné un accord de principe après un entretien le 31 janvier avec HomoSFèRe, l'association des lesbiennes, gays, bi et trans du groupe.

Inspirer d'autres entreprises

Une porte-parole du groupe qui compte 10 000 collaborateurs a cependant précisé que la proposition n'avait pas encore été actée. Elle figure au menu "de discussions avec les organisations syndicales dans le cadre d'un accord global sur l'égalité homme-femme" au sein du groupe. La date d'entrée en vigueur de cette mesure dépendra donc de l'issue de ces négociations, qui sont en voie d'achèvement.

La présidente d'HomoSFère, Sylvie Fondacci, se réjouit déjà de l'avancée : "Je crois que c'est une première dans un grand groupe comme SFR." Elle espère que la décision pourra également "rassurer les collaborateurs homosexuels qui peuvent avoir encore envie de cacher leur orientation", et inspirer d'autres entreprises.

Vous êtes à nouveau en ligne