Pas-de-Calais : Bridgestone abandonne Béthune et ses salariés

FRANCEINFO

La fermeture annoncée mercredi 16 septembre de l’usine Bridgestone de Béthune (Pas-de-Calais) est un choc pour les 863 salariés. Des sous-traitants aux commerçants, tous sont solidaires, car indirectement touchés.

Entre Béthune (Pas-de-Calais) et l’entreprise Bridgestone, l’aventure a débuté en 1961. Elle s’est arrêtée avec l’annonce, mercredi 16 septembre, du licenciement des 863 salariés de l’usine. Toute la ville est plongée dans l’angoisse. "Ce n’est pas une petite boutique qui s’apprête à fermer. 900 emplois ça va se répercuter sur des dizaines et des dizaines de famille. C’est une catastrophe locale économique certaine", commente, Pierre Boclet, serveur à Béthune.

La "désertification industrielle continue"

"Pour la ville, pour la région, c’est catastrophique", confirme une habitante. La disparition programmée de ce site est une perte colossale, dans ce bassin minier qui a connu beaucoup de fermetures d’usines. "Sur nos territoires, on a vécu, depuis deux ou trois décennies une forme de désertification industrielle qui continue encore avec ce symbole Bridgestone qui s’en va", rappelle Olivier Gacquerre, le maire UDI. À la sortie de l’usine jeudi matin, les salariés ont toujours du mal à réaliser. Il serait les moins performants d’Europe. Les syndicats espèrent encore faire changer d’avis le premier fabricant mondial de pneus.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne