Bercy lance "Signaux faibles", sa start-up pour repérer "en amont" les entreprises en difficultés

Le ministère de l\'Economie et des finances à Paris, le 4 octobre 2013 (illustration). 
Le ministère de l'Economie et des finances à Paris, le 4 octobre 2013 (illustration).  (VINCENT ISORE / MAXPPP)

Testé en Bourgogne, un nouveau logiciel va être déployé sur tout le territoire national d'ici la fin de l'année.   

Le logiciel du ministère de l'Economie et des finances, appelé "Signaux faibles", compile les données de différents organismes : Banque de France, Urssaf, directions régionales des entreprises. Leur traitement, appuyé par l'intelligence artificielle, vise à éviter les faillites des PME.

Une compilation d'alertes  

Toutes les informations sont passées au crible par un logiciel d'intelligence artificielle et ses algorithmes. Le programme détecte par exemple le départ d’un collaborateur, la hausse du chômage partiel ou les premières factures impayées. Ces signes, mis bout à bout, permettent de cibler les entreprises fragiles. Des solutions peuvent alors leur être proposées, explique Thomas Courbe, directeur général des entreprises, à l'administration centrale du ministère de l'Economie et des finances : "Très en amont, on peut encore mobiliser des prêts de la Banque publique d'investissement (BPI), un accompagnement du dirigeant sur le plan stratégique, des formations pour certains de ses salariés qui permettent de renforcer l'entreprise et de la remettre sur une bonne voie." L'intérêt est donc d'agir à temps.

Tous ces outils sont souvent inaccessibles au moment où de vraies difficultés financières interviennent.Thomas Courbe

L'objectif vise à détecter les PME fragiles un an et demi avant l'émergence de ces vrais problèmes. En Bourgogne-Franche-Comté où des tests sont menés, le logiciel a  permis d'accompagner l'an dernier 52 entreprises sur les 63 identifiées. Il sera déployé avant l'été en Auvergne-Rhône-Alpes et Nouvelle-Aquitaine, puis dans toute la France.    

Un outil pour sauver "en amont" les entreprises - un reportage de Faustine Calmel
--'--
--'--

Vous êtes à nouveau en ligne