L'Etat va commander 100 TGV du futur à Alstom

Le site d\'Alstom à Belfort en octobre 2016.
Le site d'Alstom à Belfort en octobre 2016. (SEBASTIEN BOZON / AFP)

Ce projet de TGV du futur est vu par les salariés d'Alstom comme prioritaire. Il pourrait permettre de pérenniser le site de Belfort et faire face à la concurrence.

Le ministre de l'Economie, Bruno le Maire, a annoncé la nouvelle lors d'un point presse du comité de suivi de la fusion entre Alstom et Siemens : l'Etat va commander 100 TGV du futur auprès d'Alstom d'ici fin juin. "Nous confirmons la commande par l'Etat de 100 TGV du futur. Cette commande doit passer devant le conseil d'administration de SNCF Mobilités soit fin avril, soit fin juin. En tout état de cause, la décision est prise, elle sera effective", a déclaré le ministre, jeudi 22 mars. 

Cette prochaine génération de TGV, qui pourrait entrer en service en 2022, est développée par Alstom et la SNCF.

"Une bonne nouvelle pour le site de Belfort"

Le TGV du futur est vu par les salariés d'Alstom (32 800 salariés dont 9 000 en France) comme un projet prioritaire qui pourrait permettre de pérenniser le site de Belfort et faire face à la concurrence, notamment celle du géant chinois CRC. "Je pense que c'est une bonne nouvelle pour le site de Belfort et pour le site de La Rochelle [plus exactement le site d'Aytré]", a affirmé Bruno Le Maire.

Le constructeur ferroviaire Alstom doit être repris par l'allemand Siemens pour donner naissance au numéro 2 mondial du matériel ferroviaire roulant et au numéro un de la signalisation ferroviaire. Siemens apportera ses activités ferroviaires et signalisation à Alstom, en échange de la moitié du capital du français, dont il pourra dépasser les 50,5% du capital après quatre ans. Il sera donc majoritaire au conseil d'administration.

Vous êtes à nouveau en ligne