INFO FRANCEINFO. Sauvetage d'Alstom à Belfort : une décision inefficace à long terme pour plus de deux tiers des Français

Des salariés d\'Alstom manifestent à Saint-Ouen (Saine-Saint-Denis), le 27 septembre 2016
Des salariés d'Alstom manifestent à Saint-Ouen (Saine-Saint-Denis), le 27 septembre 2016 (ARNAUD DUMONTIER / MAXPPP)

Dans un sondage Odoxa pour franceinfo révélé vendredi 7 octobre, plus de deux tiers des Français estiment que le sauvetage par l'État du site d'Alstom à Belfort est une décision électoraliste et inefficace sur le long terme.

Le résultat est cruel pour le gouvernement. Un sondage Odoxa réalisé pour franceinfo révèle vendredi 7 octobre que 67% des Français voient dans le plan de sauvetage du site d'Alstom à Belfort une mesure inefficace sur le long terme. Ils sont également plus de 69% à penser que la décision a été dictée avant tout par des raisons électoralistes.

Sondage réalisé les 5 et 6 octobre 2016.
Sondage réalisé les 5 et 6 octobre 2016. (ODOXA/franceinfo)

Sondage réalisé les 5 et 6 octobre 2016.
Sondage réalisé les 5 et 6 octobre 2016. (ODOXA/franceinfo)

Sondage réalisé les 5 et 6 octobre 2016.
Sondage réalisé les 5 et 6 octobre 2016. (ODOXA/franceinfo)

Résultat plus alarmant encore pour l'exécutif : si plus de deux tiers des sympathisants de gauche (66%) approuvent l'engagement de François Hollande et de Manuel Valls dans ce dossier et leur choix de commander des rames de TGV pour sauver le site belfortain, la moitié d'entre eux estime également que la mesure sera inefficace sur le long terme (48%) et a été prise dans un but électoraliste, à l'approche de l'élection présidentielle (50%).

Sondage réalisé les 5 et 6 octobre 2016.
Sondage réalisé les 5 et 6 octobre 2016. (ODOXA/franceinfo)

Sondage réalisé les 5 et 6 octobre 2016.
Sondage réalisé les 5 et 6 octobre 2016. (ODOXA/franceinfo)

Si l'usine avait dû fermer, le président et son premier ministre l'auraient certainement payé cher dans l'opinion. Mais ces résultats le démontrent : "Cette décision ne pourra pas non plus permettre à François Hollande de rebondir, analyse Gaël Sliman, le président de l'institut Odoxa. Or aujourd'hui, François Hollande a besoin d'oxygène et d'éléments lui permettant de grappiller quelques points de popularité."  

Ce sondage Odoxa pour franceinfo a été réalisé auprès d'un échantillon de 1 009 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Elles ont éte interrogées via Internet les 5 et 6 octobre.