Elie Cohen : Valls "ne peut pas décréter que le site d'Alstom-Belfort sera maintenu"

Elie Cohen en décembre 2014
Elie Cohen en décembre 2014 (VINCENT ISORE / MAXPPP)

Elie Cohen, économiste et directeur recherche au CNRS répond à Manuel Valls sur franceinfo. Mardi, le Premier ministre affirmait que le site de Belfort serait "pérennisé". "Il ne peut pas décréter qu'un site qui est en sous-activité sera maintenu, sauf à décider que c'est l'État qui va pourvoir à l'activité," a-t-il déclaré sur franceinfo.

Le groupe Alstom et le gouvernement sont en discussion sur l'avenir du site de Belfort, après l'annonce de l'arrêt de la production de trains sur le site. Mardi, le Premier ministre Manuel Valls a affirmé que le site serait "pérennisé." Peut-il tenir cette promesse ? "Non", a répondu mercredi sur franceinfo Elie Cohen, économiste, directeur recherche au CNRS et auteur du livre Décrochage industriel. "En respectant les règles de bonne gestion économique, il ne peut pas décréter qu'un site qui est en sous-activité sera maintenu, sauf à décider que c'est l'État qui va pourvoir à l'activité."

La production de trains peut-elle durer en France ?

Elie Cohen : Non. Toute la filière TGV est en difficulté au sein de la SNCF. On sait que l'on a construit trop de lignes, qu'elles ne sont pas suffisamment rentables. La concurrence s'est développée par le transport aérien low-cost et par le transport automobile, type Blablacar. On a un vrai problème de rentabilisation de la grande vitesse en France. On sait qu'il n'y aura pas à l'avenir de nouvelles lignes importantes qui seront construites et que le renouvellement du parc est programmé.

Le manque de stratégie pour Alstom est-il la faute de l'État ?

Lorsque le groupe Alstom a été constitué, on l'a accablé d'un mauvais bilan. Comme on l'a affaibli et qu'il a fait une série de mauvaises acquisitions, on peut dire que le groupe était en fragilité financière. Sauver le groupe à ce moment-là avait un sens. Mais il fallait construire une vraie stratégie.

Si on renfloue Alstom, est-ce que cela changera la donne ?

La consolidation dans le transport va continuer et donc la vocation d'Alstom sera de rejoindre un groupe de transport plus important au niveau mondial.

Elie Cohen : "Toute la filière TGV est en difficulté au sein de la SNCF"
--'--
--'--

Vous êtes à nouveau en ligne