Air France dément vouloir supprimer 2 000 postes en 2012

Alexandre de Juniac, le PDG d\'Air France, le 5 décembre 2011 à Toulouse.
Alexandre de Juniac, le PDG d'Air France, le 5 décembre 2011 à Toulouse. (PASCAL PAVANI / AFP)

Selon le quotidien économique "La Tribune", la compagnie aérienne française devrait présenter un plan prévoyant 800 millions d'euros d'économie sur trois ans.

Selon La Tribune du jeudi 15 décembre citant "des sources concordantes", la compagnie aérienne française prévoit 2 000 suppressions de postes en 2012 par des départs non remplacés, dans le cadre d'un plan d'économies de 800 millions d'euros d'ici à trois ans.

Mais dans la foulée, la direction "dément formellement les rumeurs publiées dans 'La Tribune'".  "Les mesures d'économie qui seront présentées mi-janvier aux instances de direction, au personnel et à leurs représentants sont en cours d'élaboration. Rien n'est arrêté à ce stade", a indiqué un porte-parole de la compagnie. 

Gel des salaires, des promotions, de l'avancement

D'après le quotidien économique, dès l'an prochain, les embauches devraient être gelées pour toutes les catégories de personnels. Le non-remplacement des départs naturels entraînerait alors la suppression de 2 000 postes.

Toujours selon le quotidien, ce plan s'accompagnerait d'un gel des salaires, des promotions et des avancements. Les investissements, notamment informatiques, seraient fortement réduits et les réceptions d'avions moins nombreuses en 2013.

Dans l'hypothèse d'un tel plan, les répercussions sur les liaisons seraient sensibles, avec de possibles fermetures de vols déficitaires, même si seules une ou deux lignes devraient être concernées.

Second plan au printemps

Un second plan, plus lourd encore, doit être présenté à la fin du printemps 2012 pour une mise en place durant l'été. L'objectif serait de "redresser de manière structurelle l'activité court et moyen courrier d'Air France", selon La Tribune qui rappelle qu'Air France-KLM va perdre près de 600 millions d'euros en 2011.

Ce plan en deux temps avait été présenté aux syndicats le 28 novembre 2011 par Alexandre de Juniac, le PDG du groupe. S'il avait bien fixé comme buts de "stopper l'hémorragie de la trésorerie", de "restructurer le court et moyen courrier" et d'"alléger l'endettement", aucune suppression de postes n'avait été évoquée.

En mars dernier, la compagnie avait clôturé son plan Challenge 2012, permettant d'économiser 595 millions d'euros. Les effectifs d'Air France ont déjà été réduit de 10 % lors des deux dernières années.

Vous êtes à nouveau en ligne