VIDEO. "13h15". Les Jeannette : le patron est pour la répartition des heures sur l'année

La biscuiterie Jeannette, reprise par Georges Viana, doit adapter sa production en fonction des commandes plus ou moins importantes. Le personnel ne ménage pas ses efforts, mais les heures supplémentaires coûtent cher… Extrait de "13h15 le dimanche".

Depuis que la production des madeleines Jeannette a repris dans la toute nouvelle biscuiterie près de Caen, dans le Calvados, les Jeannette font des heures supplémentaires. Leurs salaires commencent à coûter cher à Georges Viana, le repreneur de l'entreprise, qui préférerait la répartition de ces heures sur l'année, comme le prévoit le projet de loi sur le travail.

"Aux périodes de Noël et de Pâques, on a beaucoup de commandes. Il y a d'autres périodes où on a moins de commandes. L'idée est de faire travailler les salariés avec une variation de leur activité dans le temps : leur demander de faire un peu plus d'heures dans les périodes avec beaucoup de commandes et de faire moins d'heures dans les périodes avec moins de commandes", explique le patron de la biscuiterie Jeannette, qui ne se verse pas de salaire depuis un an.

"Cela doit fonctionner par le dialogue"

"Si la loi passe et que vous tombez en face de salariés qui ne veulent pas faire de modulation horaire ?" demande Marie-Claire à son patron. Elle s'était battue pour s'opposer à la vente aux enchères des machines en occupant son ancienne usine après un énième dépôt de bilan. Elle fait partie des anciens membres du personnel repris par Georges Viana pour faire revivre cette institution normande fondée en 1850. La biscuiterie propose aujourd'hui une madeleine haut de gamme avec une nouvelle recette concoctée par un champion du monde de pâtisserie.

"Le salarié est en train de pénaliser son entreprise… Mais je pense que cela doit fonctionner par le dialogue. Forcer le salarié à faire des heures supplémentaires, honnêtement, je ne suis pas certain que vous feriez le travail avec le même amour, comme vous le faites aujourd'hui", lui répond le chef d'entreprise qui aimerait, avec plus de moyens, redonner à Jeannette son faste d'antan.

Vous êtes à nouveau en ligne