Taxation des contrats courts : ce qu'en pensent employeurs et salariés

FRANCE 3

La taxation des contrats courts sera au coeur des négociations demain, mercredi 15 février, des discussions entre patronat et syndicats. Fin juin, les deux parties s'étaient quittées sur un constat d'échec.

Perrine Decalf a lancé ce bar à vin il y a moins d'un an à Paris dans le 11e arrondissement. À ses côtés, son salarié employé en CDD pour trois mois. Impossible pour cette jeune entrepreneuse de promettre une embauche. Et une embauche, ce serveur n'en rêve pas forcément, il préfère garder du temps pour être comédien même si avec ce contrat le quotidien n'est pas facile. "J'ai rarement eu des propositions ou des acceptations d'appartement avec un CDD", explique Loïc Pelletier.

Des contrats courts multipliés par 4 en 15 ans

Multiplier les CDD, c'est parfois le fonctionnement même d'une entreprise. C'est le cas par exemple de cette agence de sécurité privée à Châtillon (Hauts-de-Seine). Ici, les ressources humaines proposent des contrats courts en fonction des grands événements culturels ou sportifs. Des contrats courts de moins d'un mois qui ont été multipliés par quatre en France en 15 ans. Les syndicats les estiment trop nombreux et espèrent obtenir qu'ils soient taxés davantage.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne