Vous avez dit métier d' hôtesse ?

Être hôtesse, c'est un métier qui fait rêver (ou pas) les jeunes lycéennes. Jolies femmes surplombant l'espace (merci les talons !), habillées avec classe et souriant la joie de vivre. Image d'Epinal ou réalité ? Décryptages.

Qui ?

Attention, sélection à l'entrée ! Etre hôtesse, c'est d'abord être soi, c'est-à-dire grande (même s'il est parfois possible de tricher), jeune (à 30 ans, plus la peine d'espérer) et mince (taille 4O maximum). La formation ? Il n'y en a pas d'officielle, mais nombre d'écoles privées se veulent de donner les règles de base du métier - en bref, savoir sourire et marcher-  et de conseiller leurs élèves dans la recherche d'emploi.

Quoi ?

On distingue les hôtesses à temps plein, qui incarnent l'image d'une entreprise ou d'une marque et celles qui se spécialisent dans l'événementiel. Les deuxièmes n'ont que des missions ponctuelles : accueil d'invités lors de cocktails, congrès, événements sportifs ; présentation de produits lors de salons, animation dans des supermarchés (on est loin de la femme égérie !).

Comment ?

L'important est de ?sourire encore et toujours, sourire à s'en décrocher la mâchoire?, nous explique Cynthia, hôtesse d'accueil depuis quatre ans. S'il y a une tenue exigée, le 

 est primordial. ?Pas de pitié pour la fatigue : il faut se tenir droite même si on travaille pour la troisième soirée consécutive?. Cynthia nous affirme malgré tout aimer son métier : ?j'ai rencontré des gens que je n'aurais jamais pu espérer croiser (?). Et puis, porter de si belles robes lors des manifestations les plus importantes, c'est aussi un rêve de petite fille.?

Où s'adresser :

si le ?free lance? devient une pratique à la mode, la meilleure façon de trouver des contrats, c'est d'être en agence(s). Les plus réputées recrutent toute l'année et se trouvent principalement sur Paris : Pénélope, Prestige, Charleen, Chrysalide, Ovation? La liste est longue, mais les places sont rares?

 

Eléonore Dastugue

29 mai 2009

Vous êtes à nouveau en ligne