Les services secrets recrutent et le font savoir

FRANCEINFO

La DGSI, d'habitude discrète, lance une grande campagne de recrutement. 1 200 postes sont à pourvoir : ingénieurs, informaticiens, spécialistes ès cryptologie... Les candidats feront l'objet d'une enquête de personnalité spécifique.

La DGSI (direction générale de la sécurité intérieure) a lancé sa campagne de recrutement par un clip vidéo. D'ici 2024, les services de renseignement français vont créer 1 200 postes, des effectifs en hausse de 28%. Une vague de recrutement sans précédent, à grand renfort de communication pour trouver de nouveaux profils.

150 métiers différents

Avec 4 300 fonctionnaires, le service regroupe près de 150 métiers différents, enquêteurs, linguistes ou encore mathématiciens. Depuis la vague d'attentats de 2015, la DGSI avait déjà créé plus de 1 000 postes, mais le risque terroriste reste élevé, en témoigne l'attaque à la préfecture de police de Paris en octobre dernier.

Et la menace évolue. Les services secrets veulent recruter dans la cybersécurité pour protéger les équipements militaires et économiques de toute infiltration. Des partenariats avec les universités sont noués pour trouver les techniciens les plus performants. Pour certains étudiants, travailler pour la DGSI, ça ne se refuse pas. Mais avant d'être recruté, toute la vie du candidat sera passée au crible : entourage, famille, situation personnelle. Une enquête si détaillée qu'elle prend des mois.

Vous êtes à nouveau en ligne