Supprimer l'ENA... mais pour la remplacer par quoi ?

Vue de la cour intérieure de l\'Ecole Nationale d\'Administration en 2011. 
Vue de la cour intérieure de l'Ecole Nationale d'Administration en 2011.  (PATRICK HERTZOG / AFP)

Dans son allocution prévue lundi et finalement annulée, le chef de l'Etat devait annoncer la suppression de l'Ecole nationale d'administration. Si celle-ci devait être actée, par quoi pourrait-elle être remplacée ?

La réforme de l'ENA, une vieille rengaine. Cela fait des années que les élèves pressent pour moderniser leur école : en 2004, lorsqu'il y était encore étudiant, Emmanuel Macron lui-même faisait partie d'une fronde menée par la promotion Senghor. Les élèves avaient alors rédigé un texte incendiaire qui critiquait une scolarité coûteuse et inadaptée.

Quinze ans plus tard, celui qui est aujourd'hui président de la République avait prévu d'annoncer, lundi 15 avril, lors d'une allocution télévisée, des propositions à l'issue du grand débat national, dont la suppression de l'Ecole nationale d'administration. L'incendie de la cathédrale Notre-Dame l'a contraint à annuler son intervention, mais les mesures envisagées ont fuité dans la presse. Ce n'est pas la première fois que la suppression de ce symbole de l'élite française est envisagée. Franceinfo revient sur les possibles pistes pour revoir la formation des hauts fonctionnaires.

Une nouvelle entité regroupant plusieurs écoles 

C'est la piste la plus vraisemblable, selon le texte que devait prononcer le président de la République. L'ENA, ainsi que l'Ecole nationale de la magistrature (ENM), qui serait elle aussi vouée à disparaître, seront fondues dans une "école des services publics", dotée de différentes filières. L'idée n'est pas nouvelle : François Bayrou, aujourd'hui proche d'Emmanuel Macron, la défend depuis 2007. Lors de cette campagne présidentielle, le candidat du MoDem utilisait déjà ce terme. 

Selon Libération, cette nouvelle structure permettrait de revoir les modalités de recrutement, afin que les profils des élèves soient davantage diversifiés. La manière d'enseigner pourrait également être repensée : à l'heure actuelle, les étudiants assistent à des conférences menées par des intervenants extérieurs, ce qui leur donne l'impression de suivre une formation en pointillés. Des chercheurs pourraient intégrer un corps enseignant et donneraient des cours spécialisés en fonction des filières.

"C'est à nous d'inventer la suite", confie aux Echos un député de la majorité lié au projet de réforme. La réinvention du modèle des grandes écoles pourrait s'étendre au-délà de l'ENA et de l'ENM, selon les informations de Libération. L'Institut national des études territoriales (Inet) devrait en faire partie. Le quotidien évoque même la fusion avec des écoles d'application de Polytechnique, comme les Mines et les Ponts. Un ancien élève de l'ENA, aujourd'hui en poste dans un ministère, évoque également auprès de franceinfo une fusion avec l'Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique (EHESP), à Rennes. L'idée serait de mettre en place un tronc commun pour toutes ces écoles, puis des parcours par filières. 

L'Ecole de guerre comme modèle

Un concours interne à la fonction publique permet déjà à des fonctionnaires en poste d'accéder à l'ENA. La réforme voulue par Emmanuel Macron irait encore plus loin, en s'inspirant de l'Ecole de guerre, comme le souhaite le ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire. Créée en 1993, cette école d'application de l'armée est accessible à près de 200 officiers supérieurs chaque année, à l'issue d'un processus de recrutement très sélectif. Elle est accessible aux gradés ayant déjà effectué "avec succès" quinze années de service, précise le site du ministère des Armées. Une centaine de stagiaires étrangers complètent l'effectif. 

Ce fonctionnement pourrait donc devenir celui de l'école amenée à remplacer l'ENA. Elle serait, selon des propos du ministre de l'Economie rapportés par Libération, ouverte aux hauts fonctionnaires "les plus méritants", "au bout de dix ans [de carrière]", et sur concours. A l'heure actuelle, les diplômés intègrent immédiatement les grands corps de l'Etat à leur sortie de l'ENA, en fonction de leur classement. A 25 ans, leur carrière est tracée et ils doivent trancher sur des sujets aussi importants que la réorganisation du service public, des retraites ou des politiques sociales.

Autre inspiration pour la réforme de la haute administration : tous les élèves de l'Ecole de guerre doivent avoir été déployés sur le terrain lors d'opérations. Emmanuel Macron plaide pour davantage de mobilité des hauts fonctionnaires à l'étranger. Des stages devraient également être réalisés en préfectures, ou dans certains services de l'Etat, "pour y appliquer le plan pauvreté ou le plan Action coeur de ville pour la rénovation des zones rurales et des villes moyennes", comme l'explique aux Echos un acteur anonyme de la réforme. Les stages permettraient de détecter les profils de bons dirigeants et de bons managers.

Une formation ouverte aux salariés du privé

C'est l'autre grand axe de la réforme : l'ouverture au recrutement de candidats venus du privé. "L’école qui succédera à l’ENA pourrait sélectionner (...) des salariés du privé pour les former aux métiers de la haute fonction publique", explique à 20 Minutes Luc Rouban, directeur de recherches au CNRS. "Cela permettrait une plus grande diversité sociale des étudiants", estime le spécialiste des transformations du secteur public.

Là encore, la réforme portée par le candidat François Bayrou depuis 2007 proposait d'accueillir "des gens d'expériences différentes, ayant fait leurs preuves à tout âge et pas seulement des jeunes diplômés". Davantage de contractuels pourraient venir garnir les rangs de cette nouvelle école. Ils accèderaient ainsi à des postes d'encadrement et de direction dans l'administration française. 

Les détracteurs de la réforme s'inquiètent de la manière dont seront recrutés ces cadres venus du privé. Ils soulignent que le général de Gaulle a créé l'ENA en 1945 pour mettre fin au pratique de "copinage" et d'abus d'influence lors de l'accession à la haute fonction publique.

Créer plus de passerelles entre le public et le privé est en tout cas le projet d'Emmanuel Macron pour les grandes écoles. Aujourd'hui, selon les chiffres avancés par Le Figaro, parmi les 6 500 anciens élèves de l'ENA, seuls 7% passent immédiatement dans le privé et 3% font de la politique. Les 90% restants passent leur carrière dans les bureaux des services de l'Etat.

Vous êtes à nouveau en ligne