La suppression de l'ENA est une mesure "populiste" pour Jean-Louis Debré

Jean-Louis Debré, le 30 mai 2018 à Montbéliard.
Jean-Louis Debré, le 30 mai 2018 à Montbéliard. (LIONEL VADAM / MAXPPP)

L'ancien ministre et fils du fondateur de l'ENA, Michel Debré, ne comprend pas le souhait d'Emmanuel Macron de supprimer cette école qui forme les hauts fonctionnaires.

"Il y un côté populiste" à la proposition de suppression de l'ENA que devait faire Emmanuel Macron lundi 15 avril, a affirmé Jean-Louis Debré, mercredi 17 avril sur franceinfo. L'ancien ministre de l'Intérieur est aussi le fils de Michel Debré, qui a fondé l'ENA avec le général De Gaulle en 1945.

"Si on veut donner satisfaction à ceux qui combattent l'excellence, si on veut supprimer l'ENA, demain on va supprimer toutes les grandes écoles" a continué Jean-Louis Debré en dénonçant une volonté de faire disparaître "la sélection, l'excellence" et donc l'Ecole nationale d'administration.

Pour l'ancien ministre, "l'ENA a permis une démocratisation" en instaurant un concours à l'entrée de la haute fonction publique. "On devrait déjà s'occuper de la qualité de notre enseignement scolaire et de l'arrogance de l'élite politique", a-t-il estimé.

Vous êtes à nouveau en ligne