Fonctionnaires : une réforme à haut risque

france 2

Alors que le gouvernement souhaite supprimer des postes dans la fonction publique via une réforme de celle-ci, les syndicats sont vent debout.

Bras de fer sur les effectifs. D'un côté, tous les syndicats de fonctionnaires dans la rue pour clamer leur refus de la réforme. De l'autre, le gouvernement qui tient bon sur les chiffres. Concrètement, dans la fonction publique d'État, le gouvernement veut supprimer 50 000 postes d'ici 2022. Aujourd'hui, plus de 6 000 ont déjà été supprimés. Dans la fonction publique territoriale, l'objectif est de 70 000 postes. Le gouvernement estime que chaque année 13 000 postes sont supprimés. 

Pour la droite, c'est mission impossible

Seul secteur épargné par cette réforme : le milieu hospitalier, considéré déjà à flux tendu. Mais l'exécutif peut-il raisonnablement tenir cette promesse de campagne d'Emmanuel Macron ? Pour la majorité, tout est question de méthode. "On est train de réorganiser et on peut du coup se donner des vraies marges de manœuvre", affirme Amélie de Montchalin, députée LREM de l'Essonne. À droite, on considère que c'est mission impossible. La gauche, elle, condamne le principe même des suppressions de postes, en pleine crise des "gilets jaunes".

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne