Fonctionnaires : les raisons de la colère

FRANCE 2

Les fonctionnaires et les cheminots sont dans la rue ce jeudi 22 mars pour dire non aux réformes du gouvernement. Les salariés de la SNCF défendent l'avenir du rail ; les fonctionnaires réclament eux une hausse de leur pouvoir d'achat. Sept syndicats sur les neuf possibles ont appelé à la mobilisation.

Dans la rue, le bras de fer a commencé. Des milliers de fonctionnaires en colère rassemblés à Marseille (Bouches-du-Rhône) pour dire non au projet de réforme du gouvernement. La Canebière noire de monde ; c'est toute la fonction publique qui manifeste, à l'appel de sept syndicats sur neuf. Avec une revendication phare : la hausse du pouvoir d'achat. "On a nos salaires qui sont bloqués depuis des mois et des mois, on a la journée de carence qui nous a été imposée, on a des suppressions d'emploi, des restructurations, des abandons de mission : donc c'est la raison pour laquelle on appelle à la grève", martèle un manifestant.

La crainte d'un Big Bang de la fonction publique

Fonctionnaires, agents territoriaux ou hospitaliers, tous dénoncent une casse programmée du service public et des conditions de travail dégradées. L'annonce par le Premier ministre, Édouard Philippe, d'un Big Bang de la fonction publique, fait craindre le pire aux agents de l'État, qui espèrent, en défilant nombreux, faire reculer le gouvernement.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne