Fonctionnaires et cheminots : même journée, mais pas même combat lors de la mobilisation du 22 mars

Les cheminots et les fonctionnaires sont appelés à la grève le 22 mars. 
Les cheminots et les fonctionnaires sont appelés à la grève le 22 mars.  (MAXPPP)

Cheminots et fonctionnaires sont appelés à la grève et à des manifestations jeudi. Certains syndicats saluent une "convergence des luttes" quand d'autres craignent une confusion.

Jeudi 22 mars est une journée de grèves et de manifestations tous azimuts. Les cheminots et les fonctionnaires vont défiler dans différentes villes de France, mais il y aura des cortèges bien distincts. Le défilé parisien est très symbolique : les cheminots partiront de la gare de l'Est et les fonctionnaires de Bercy pour se rejoindre place de la Bastille. Peut-on parler de réelle convergence des luttes ou est-ce plutôt de la concurrence pour se faire entendre du gouvernement ?

"Il y a besoin de converger"

Au départ, les fonctionnaires devaient manifester seuls. C'était leur journée. Mais Philippe Martinez, le secrétaire général de la Confédération générale du travail (CGT), a décidé de mobiliser également les cheminots au même moment, quitte à créer une confusion.

Pour la CGT des fonctionnaires, ce n'est pas gênant. "J'observe que le gouvernement a une stratégie qui est de faire converger les luttes", indique Jean-Marc Canon, secrétaire général de la CGT fonction publique. "C'est lui qui a choisi de faire des annonces le 1er février pour les fonctionnaires et là pour les cheminots. Face à des attaques convergentes, il y a besoin de converger."

Des revendications différentes

Sauf que les revendications ne sont pas du tout les mêmes. Dans le cortège, les fonctionnaires vont insister sur le blocage de leurs salaires et sur un recours "excessif" aux contractuels. Les cheminots, eux, viennent défendre leur statut, mais aussi dénoncer l'ouverture à la concurrence prévus dans la réforme de la SNCF.

"Le statut des cheminots n'est pas celui de la fonction publique, rappelle, assez amère, Bernadette Groison, secrétaire générale de la Fédération syndicale unitaire (FSU). La question salariale n'est pas la même dans nos deux secteurs. Et nous, nous tenons dans cette journée du 22 mars à ce qu'il y ait une vraie visibilité des plus de 5 millions d'agents de la fonction publique et à ce que nous alertions vraiment le gouvernement sur nos exigences qui nous sont propres."

Seul point commun entre ces syndicats : sans réponse concrète du gouvernement, tous envisagent de nouvelles journées de grève ou de manifestations.