Fonction publique : la mairie de Suresnes rémunère au mérite

Cette vidéo n'est plus disponible

La rémunération au mérite fait partie des pistes évoquées par le gouvernement pour réformer la fonction publique. Sur certaines communes, cette structure est déjà appliquée depuis plusieurs années. 

À Suresnes, le salaire au mérite est une réalité depuis 2016, pour le millier d'agents municipaux permanents, qu'ils soient fonctionnaires ou contractuels. Ouvrier spécialisé,  policier municipal, ou employé du pôle culture, ont tous une prime mensuelle qui varie en fonction de leur mérite. "Un mérite qu'il faut donc évaluer lors d'un entretien annuel d'une heure minimum, grâce à toute une série de critères : une quarantaine de critères, entièrement négociés avec nos 3 syndicats", explique Béatrice de Lavalette, maire-adjointe de Suresnes (Hauts-de-Seine).

Cinq à six postes économisés 

À peu près 5,2% des agents ont vu leur rémunération baisser, parce qu'ils ont été évalués à améliorer, insuffisants ou très insuffisants, et quasiment 13% dont l'indemnité mensuelle a augmenté. Et l'augmentation de leur indemnité mensuelle peut atteindre au maximum 35% de plus ou de moins dans le cas d'un cadre.  À Suresnes, les fonctionnaires n'ont pas démérité. Et en deux ans, la mairie a économisé l'équivalent de cinq à six postes. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne