Collectivités : la rémunération des fonctionnaires "fantômes" suscite la polémique

FRANCE 2

À Pérols, dans l'Hérault, le maire dénonce une gabegie et se bat devant les tribunaux depuis douze ans pour un agent qu'il doit rémunérer alors qu'il n'a aucune affectation.

La ville de Pérols, dans l'Hérault, souhaite en finir avec son fonctionnaire "fantôme". Depuis douze ans, la municipalité paye un agent qui ne travaille pas. "On est à peu près à 483 000 euros dépensés sur douze ans par la collectivité pour un agent qui ne fait plus partie des effectifs", déplore Jean-Pierre Rico, maire de la commune. Pour lui, "c'est de l'argent public gaspillé donc c'est impensable de continuer dans ce sens". Une situation qui agace le maire, mais aussi la plupart des habitants.

Une trentaine d'agents payés à ne rien faire dans le Var

"Je ne trouve pas normal qu'on paye des gens à ne rien faire avec l'argent public", s'insurge un riverain. Un cas qui n'est pas exceptionnel. Le mois dernier dans le Var, la Cour des comptes a recensé une trentaine d'agents payés à ne rien faire. Pourtant il n'ya là rien d'illégal puisque la loi prévoit le maintien des salaires des fonctionnaires en recherche d'affectation. Problème, les centres de gestion territoriaux chargés de trouver des offres aux agents sans postes déplorent un manque de moyen. Au total, 442 fonctionnaires étaient en attente de poste en 2016.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne