Budget de l'Etat 2020 : le gouvernement revoit ses objectifs à la baisse, seulement 47 postes de la fonction publique d'Etat seront supprimés

Ministère de l\'Économie et des Finances, septembre 2017.
Ministère de l'Économie et des Finances, septembre 2017. (VINCENT ISORE / MAXPPP)

Le gouvernement présente vendredi son projet de budget pour 2020 en Conseil des ministres. Moins de cinquante postes seront supprimés au sein de la fonction publique d’État l'an prochain. Lors de sa campagne, Emmanuel Macron avait déclaré vouloir supprimer 120 000 postes de fonctionnaires en cinq ans.

Le gouvernement présente vendredi 27 septembre 2019 en Conseil des ministres son projet de budget pour 2020. L'an prochain, ce ne sont que 47 postes qui seront supprimés au sein de la fonction publique d’État, a appris franceinfo.

La promesse initiale d'Emmanuel Macron était de supprimer 120 000 postes de fonctionnaires sur le quinquennat, dont 50 000 dans la fonction publique d'État et 70 000 dans les collectivités territoriales.

Pour la fonction publique d'État, l'objectif est donc ramené de 50 000 à 10 500 d'ici 2022. Mais entre les suppressions annoncées et les créations de postes, le solde s'établira en 2020 à 47 postes supprimés.

Un contexte marqué par l'épisode des "gilets jaunes"

L'État prévoit notamment des recrutements "substantiels" dans les effectifs de ses missions régaliennes. Ce sont 3 167 équivalents temps plein (ETP) qui seront créés aux armées, pour les forces de sécurité et la justice. 

Le gouvernement promet également de ne pas toucher aux effectifs des ministères de l'Éducation nationale et de l'Enseignement supérieur. Ils seront "sanctuarisés". En revanche, des suppressions nettes d'emplois sont prévues à hauteur de 2 975 ETP, notamment au ministère de l'Action et des Comptes publics, au ministère de la Transition écologique et solidaire, et à celui de l'Economie et des Finances.

Cette baisse des objectifs du gouvernement intervient après la crise sociale des "gilets jaunes" où s'est exprimée le désir de voir maintenus des services publics de proximité.

10 milliards d’euros en faveur du pouvoir d’achat des ménages

Le gouvernement revoit également ses ambitions sur la dette de l'État. Il n'est plus question de la réduire, mais simplement de la stabiliser à plus de 98% de la richesse nationale (98,7%). La prévision était de 98,8% en 2019.

Enfin, la baisse de cinq milliards d'impôts sur le revenu promise par Bercy, mesure phare du prochain budget, sera visible dès le mois de janvier sur la fiche de paie des Français, grâce au prélèvement à la source. À cette baisse, vont s’ajouter la poursuite de la suppression de la taxe d’habitation et la réindexation des petites retraites, soit un total de 10 milliards d’euros en faveur du pouvoir d’achat des ménages.

Pour le ministère de l'Economie et des Finances, la baisse des objectifs initiaux ne sont pas des renoncements, mais "des choix politiques".

Vous êtes à nouveau en ligne