Attaque à la préfecture de police : les enquêteurs suivent la piste terroriste

france 3

Comment Mickaël H., qui travaillait depuis de longues années à la préfecture de police de Paris, a-t-il pu tuer quatre de ses collègues à coups de couteau, jeudi 3 octobre ? Le parquet antiterroriste, qui s'est saisi de l'enquête vendredi, devra faire la lumière sur les motivations de l'assaillant.

Quelques fleurs sont déposées sous la pluie, face à la préfecture de police de Paris. Plus loin, un registre de condoléances en mémoire des quatre victimes de Mickaël H. est à la disposition des citoyens. Le parcours de ce discret technicien informatique à la préfecture de police de Paris est au cœur de l'enquête, désormais confiée au parquet antiterroriste de Paris. Converti à l'islam depuis un an et demi, il se serait radicalisé. Il aurait même fait l'objet d'un signalement dès 2015 pour des propos radicaux.

Une quinzaine de radicalisés suivis de près

L'analyse de son téléphone et de ses échanges avec son épouse laisse entrevoir la préparation d'un acte violent, alors qu'il aurait acheté le couteau le jour même du drame. Certains collègues auraient décelé un comportement inhabituel les jours précédant l'attaque. Selon le député LR Éric Diard, auteur d'un rapport sur la radicalisation dans les services publics, une quinzaine de personnes est suivie pour radicalisation sur les 43 000 fonctionnaires de la préfecture de police de Paris. Un syndicat de police indique samedi matin qu'une note d'information a été adressée aux agents de certaines administrations pour les mettre en garde sur la radicalisation en interne.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne