VIDEO. En diffusant le "cri de détresse" de l'océan, l'apnéiste Guillaume Néry alerte sur le déclin des écosystèmes marins

BRUT

Guillaume Néry, champion du monde d'apnée, est témoin des mauvais traitements infligés à la vie sous-marine. Brut l'a rencontré. 

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Au fin fond de l'océan, un son mystérieux a fait écho. Posté sur le réseau social Twitter, il a suscité la stupeur de nombreux internautes qui n'ont pas omis d'interroger celui qui est à l'origine de la publication : le champion du monde d'apnée Guillaume Néry. Le lendemain, via une vidéo, le sportif a fourni une réponse à tous les messages qu'il avait reçus.

Ce son n'est pas le chant d'une créature mystérieuse mais un "cri de détresse" composé par Sea Shepherd, une ONG vouée à la protection des écosystèmes marins. L'organisation a enregistré les lamentations de 30 animaux aquatiques agonisants pour concevoir une voix unique, un appel au secours. "On sent qu'il y a de la détresse. On sent qu'il y a de la souffrance", explique Guillaume Néry. Profondément affecté, il a souhaité partager son émotion sur les réseaux sociaux. 

Un champion engagé 

"La pêche industrielle est en train d'épuiser totalement les ressources", rappelle l'apnéiste. Après avoir passé une vingtaine d'années au contact de la mer, il est l'un des témoins directs de l'impact de l'homme sur l'océan. En effet, le visage couvert d'un masque, il assiste régulièrement au déclin des écosystèmes marins.

"Je pense qu'il faut arrêter net toute la consommation de produits qui viennent de la mer de manière industrielle", alerte-t-il. Le militant écologiste espère que les "compromis" cesseront et qu'un changement radical des méthodes d'exploitation pourra être opéré. "Aujourd'hui, il faut passer à l'action. On ne peut plus juste réfléchir", affirme Guillaume Néry.

Vous êtes à nouveau en ligne