Altice : les marchés et les banques n'ont plus confiance en Patrick Drahi

FRANCE 3

Avec une valeur qui a chuté de 50% et une dette de 50 milliards, Altice inquiète les marchés financiers et les banques.

L'empire Patrick Drahi menace-t-il de s'effondrer ? Altice a vu son action chuter de plus de 8% ce mercredi 22 novembre. En près d'un mois, l'entreprise a perdu plus de la moitié de sa valeur. Une centaine d'actionnaires a choisi ce matin de porter plainte. Selon leur avocat, ils auraient été trompés : "Est-ce qu'il n'y a pas eu dans certains dossiers, des services, comme le service financier, qui ont embelli le bilan, se demande Maître Frederick-Karel Canoy. Le marché a des doutes sur la réalité de la stratégie et sur les chiffres". Pas question de mensonge selon Altice. Le groupe est très contrôlé et promet la plus grande transparence à ses actionnaires. "Nous invitons à la plus grande prudence sur ce qui s'apparente être surtout une manipulation, une manoeuvre malveillante de communication et une tentative de déstabilisation médiatique" dit le groupe dans un communiqué.

Un empire fondé sur les rachats

Altice est une galaxie fondée par Patrick Drahi qui base son action sur une série d'achats : Numéricable, puis SFR et Virgin mobile. Des médias comme Libération, L'Express ou BFMTV. Ces rachats se sont faits au prix d'une lourde dette, près de 50 milliards d'euros. Une politique assumée par Drahi lui même. Cette stratégie se base sur la confiance des marchés et des banques, qui comptaient sur SFR pour rembourser ces emprunts mais l'opérateur de téléphonie ne tient pas ses promesses, il a perdu 1,5 millions de clients en trois ans.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne