VIDEO. Les GM&S se battent aussi pour un territoire, la Creuse

A l'usine GM&S de La Souterraine, 156 emplois sont supprimés. "Envoyé spécial" a suivi le dernier combat d'ouvriers qui ne défendent pas seulement leur usine, leur travail, mais aussi leur style de vie. Et un territoire, la Creuse. Extrait.

Le 19 septembre, les lettres de licenciement sont tombées : à l'usine de La Souterraine, 156 emplois ont été supprimés. "Envoyé spécial" a suivi le combat des GM&S, "des salariés de la métallurgie et des ouvriers fiers de l'être". Comment pourront-ils retrouver un emploi dans cette région rurale ? Et pourtant, "on vit bien, en Creuse !" Extrait.

Yann Augras est délégué CGT chez l'équipementier automobile. Les journalistes l'ont rencontré dans son village. Avec son salaire de 2 200 euros par mois, il vit bien, en effet... jusque-là, entre son potager et ses deux chevaux. Ici, les animaux ne sont pas chers, la terre non plus. "Cette terre souple, elle est comme le salarié creusois : si tu en prends soin, elle donne beaucoup."

"Du travail, en Creuse, il n'y en a plus"

Justine, sa fille de 17 ans, est attachée elle aussi à cette terre et à son style de vie. Même si elle ne compte pas passer sa vie en Creuse, elle s'inquiète de la perte d'emplois dans le département. Comme dit son père, "le salarié creusois, il est attaché à son boulot, à son entreprise... et il sait que de toute façon, il n'y en aura pas d'autre : on n'est pas à Lyon, Marseille ou Paris. Du travail en Creuse, il n'y en a plus. Malheureusement, c'est comme ça". 

Le reportage donnait aussi la parole à Eric et Héléna :

Extrait de "GM&S, le dernier combat", un reportage diffusé dans "Envoyé spécial" le 21 septembre 2017.

Vous êtes à nouveau en ligne