Une centaine d'ex-GM&S réclament un dédommagement à Renault et PSA, et les menacent de poursuites judiciaires

L\'entrée du site GM&S de La Souterraine (Creuse), le 5 décembre 2012.
L'entrée du site GM&S de La Souterraine (Creuse), le 5 décembre 2012. (MATHIEU TIJERAS / MAXPPP)

Leur avocat donne 15 jours aux constructeurs pour négocier un dédommagement, faute de quoi il saisira le Tribunal de grande instance de Guéret.

Une centaine d'ex-GM&S menacent Renault et PSA de poursuites judiciaires, rapporte France Bleu Creuse. Ils estiment que les deux constructeurs français ont "orchestré la casse de leur entreprise". Selon ces salariés, Renault et PSA ont précipité la faillite de l'usine de La Souterraine en ne maintenant pas leur niveau de commandes.

Plus de 6,5 millions d'euros demandés

Ils sont 74 salariés licenciés à réclamer chacun 80 000 euros au titre du préjudice moral. 32 salariés repris demandent eux 20 000 euros chacun. Leur avocat donne 15 jours aux constructeurs pour négocier un dédommagement, faute de quoi il saisira le Tribunal de grande instance de Guéret pour "abus de position dominante".

En mai, le tribunal administratif de Limoges avait rejeté le recours contre le plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) des ex-salariés de l’équipementier automobile GM&S Industry, où 157 salariés sur 277 ont été licenciés lors de la reprise de l’usine en septembre 2017 par l'emboutisseur français GMD.

Vous êtes à nouveau en ligne