Le repreneur d'Ascoval en difficultés financières : "British Steel prend les salariés en otage", déplore le délégué syndical CGT de l'aciérie

Nacim Bardi, devant un panneau de l\'entreprise Ascoval, à Saint-Saulve, dans le Nord.
Nacim Bardi, devant un panneau de l'entreprise Ascoval, à Saint-Saulve, dans le Nord. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

British Steel a annoncé mardi mener des discussions afin d'obtenir un soutien financier, la presse britannique évoquant le risque d'une faillite. Nacim Bardi, délégué syndical CGT de l'aciérie Ascoval de Saint-Saulve, dans le Nord, confie son inquiétude sur franceinfo.

"British Steel prend en otage les salariés d'Ascoval, et ça commence à nous gonfler", dénonce mercredi 15 mai sur franceinfo Nacim Bardi, délégué syndical CGT de l'aciérie Ascoval de Saint-Saulve (Nord), dont la reprise a été confiée, début mai, au sidérurgiste britannique par le tribunal de Strasbourg.

Problème : British Steel a annoncé mardi mener des discussions afin d'obtenir un soutien financier, la presse britannique évoquant même le risque d'une faillite. "Déjà que c'est compliqué dans la tête des salariés d'Ascoval, on en remet une couche et une belle couche", ajoute Nacim Bardi. 

On nous parle de faillite d'un groupe qui a un chiffre d'affaires d'1,4 milliard d'euros et un carnet de commandes pratiquement plein.. On ne peut pas être en faillite, ce n'est pas possible ! Nacim Bardià franceinfo

Selon lui, la direction de British Steel "cherche un soutien de la part de l'Etat britannique, qui pour l'instant n'est pas accordé, et on nous prend en otage". "Ça commence à devenir très brutal (…) Il y a plein de questions qu'on se pose, on attend des réponses de la part de la direction de British Steel", souligne Nacim Bardi. Malgré ses difficultés, le groupe britannique a assuré mardi qu'il respecterait "tous ses engagements" pour mener à bien la reprise d'Ascoval.

Vous êtes à nouveau en ligne