Whirlpool : à chaque élection présidentielle son conflit social

À chaque élection présidentielle, un conflit social dans une entreprise devient l’un des thèmes de campagne occupant les candidats. Aujourd’hui Whirpool, hier l’usine Goodyear...

Mercredi 26 avril, Marine Le Pen et Emmanuel Macron se sont rendus tous deux à l’usine Whirpool d’Amiens. Cette dernière a annoncé sa fermeture pour 2018, 290 emplois sont sur la sellette.

Les deux candidats restants se sont emparés de cette fermeture comme thème de campagne.

Mais en réalité, à chaque élection présidentielle, un conflit social éclate et les candidats ne sont pas avares de promesses.

LU, Alcatel-Lucent et Goodyear en 2012

En 2007, Nicolas Sarkozy s’était engagé auprès des salariés d’Alctel-Lucent, déclarant qu’il allait "poser des actes concrets" dès la première semaine de son mandat, s’il était élu. Au final, 1000 employés avaient été licenciés en 2009.

Lionel Jospin avait fait de même chez LU en 2002. 570 employés étaient menacés de licenciement et en fin de compte, l’usine a fermé en mars 2004.

En 2012, c’est l’usine Goodyear à Amiens qui avait reçu la visite de François Hollande. Finalement l’entreprise avait fermé ses portes en 2014.

Vous êtes à nouveau en ligne