Gironde : nouveau sursis pour l'usine Ford de Blanquefort

France 3

Les salariés de Ford, en Gironde, ont gagné un nouveau sursis lundi 28 janvier. Le propriétaire américain ne peut pas fermer purement et simplement le site. Un repreneur doit être trouvé.

Les 850 salariés de Ford ne seront pas mis à la porte tout de suite. La direction du travail a rejeté le plan de fermeture du constructeur américain lundi 28 janvier. Une petite victoire pour les salariés de l'usine de Blanquefort (Gironde). Le délégué syndical CGT Philippe Poutou ne cache pas sa satisfaction lundi soir : "Jusqu'à présent, Ford refusait toute idée de reprise, a essayé d'aller le plus vite possible dans son projet de fermeture. Là, Ford est contraint de discuter sérieusement d'une reprise. C'est une bonne nouvelle".

4 semaines de sursis

Punch, le repreneur potentiel, a quatre semaines pour muscler son offre. Mais au-delà de Ford, c'est toute une zone industrielle qui est suspendue aux tractations. Ford faisait travailler une vingtaine de sous-traitants. Il y a vingt ans, Ford employait 5 000 salariés à Blanquefort. L'offre du repreneur sauverait 400 postes. Nouveau rebondissement ou épilogue : réponse dans un mois.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne