Ford rejette l'offre de reprise de son usine de Blanquefort, en Gironde

Devant le site de l\'usine Ford de Blanquefort (Gironde), le 18 février 2019.
Devant le site de l'usine Ford de Blanquefort (Gironde), le 18 février 2019. (GEORGES GOBET / AFP)

Le constructeur américain envisage un plan social pour les 800 salariés de l'usine.

La fermeture de l'usine de Blanquefort (Gironde) est de plus en plus probable. Le constructeur automobile américain Ford confirme, lundi 25 février, le rejet de l'offre de reprise déposée par la société Punch Powerglide. "Ce matin, Ford a confirmé à ses salariés ne pas accepter la dernière proposition du repreneur potentiel et rester concentré sur l'approbation du plan social, permettant aux salariés d'avoir le plus de visibilité sur leurs options à venir", a déclaré un porte-parole de l'entreprise. Le site emploie environ 800 salariés.

Jeudi, les syndicats avaient déjà indiqué avoir eu connaissance de cette décision, mais Ford ne l'avait ni confirmée ni démentie, se contentant d'indiquer avoir bien reçu la nouvelle offre de Punch.

Cette nouvelle offre avait été annoncée triomphalement par Bercy lundi dernier. Ford avait rejeté une première offre en expliquant qu'elle ne lui paraissait pas assez solide et préférait opter pour un plan de fermeture, plus avantageux pour les salariés, selon le constructeur.

Vous êtes à nouveau en ligne