VIDEO. Montebourg tempère ses attaques sur les "méthodes de Mittal en France"

Caroline Thébaud et les équipes de France 2 à Strasbourg

Le ministre a modéré quelque peu son propos dans la journée : "J'ai voulu dire que nous ne voulons plus des méthodes de Mittal en France, des méthodes qui relèvent du non-respect des engagements, du chantage et des menaces." Il était en déplacement à l'usine Duralex, près d'Orléans (Loiret) .

FLORANGE – "Nous ne voulons plus de Mittal en France", a lancé Arnaud Montebourg dans Les Echos, dimanche 25 novembre. Le ministre du Redressement productif a ajouté qu'il souhaitait que l'Etat prenne temporairement le contrôle du site ArcelorMittal de Florange (Moselle), dont les hauts-fourneaux sont menacés de fermeture.

Le ministre a tempéré quelque peu son propos dans la journée : "J'ai voulu dire que nous ne voulons plus des méthodes de Mittal en France, des méthodes qui relèvent du non-respect des engagements, du chantage et des menaces." Il était en déplacement à l'usine Duralex, près d'Orléans (Loiret) . Cela "ne remet pas en cause la présence industrielle d'ArcelorMittal en France. Ce qui est en cause, c'est Florange, et uniquement Florange", a-t-il ajouté. Les salariés de Florange sont partagés entre espoirs et doute. Voici le reportage de France 2.

Vous êtes à nouveau en ligne