VIDEO. Les salariés français, belges et luxembourgeois d'ArcelorMittal protestent

EVN

Venus de Florange, Schifflange et Liège, ils se sont rassemblés mercredi aux abords du Parlement européen de Strasbourg.

Les salariés d'ArcelorMittal venus de Florange (Moselle), Schifflange (Luxembourg) et Liège (Belgique) se sont rassemblés, mercredi 6 février, à proximité du Parlement européen de Strasbourg. La police avait bloqué l'accès aux abords du bâtiment. Les manifestants français arboraient une banderole intersyndicale portant l'inscription "L'acier lorrain vivra" et des autocollants "Touche pas à mon usine".

"La question que nous voulons poser aux députés européens, c'est combien de dizaines de milliers d'emplois supprimés faudra-t-il encore avant que l'Europe bouge ?", a déclaré Edouard Martin, de la CFDT de Florange, présent dans la manifestation.

Ce rassemblement coïncide avec la publication par le géant mondial de l'acier, mercredi, d'une perte nette de 3,73 milliards de dollars pour 2012, du fait notamment de la mauvaise santé de ses activités en Europe et du coût des restructurations.

Vous êtes à nouveau en ligne