VIDEO. Arnaud Montebourg, chevalier du gouvernement ou communicant en puissance ?

Christophe Rauzy

A Florange, chez PSA, auprès de Petroplus... Le vocabulaire offensif du ministre du Redressement productif ne laisse pas indifférent. Décryptage du discours d'un politique continuellement prêt à "défendre", à entrer dans la "bagarre" et à "se battre".

FLORANGE - Depuis son interview publiée dans Les Echos lundi 26 novembre, ses déclarations hostiles au groupe de Lakshmi Mittal dans le dossier Florange ont provoqué des condamnations mais aussi des encouragements. Ce n'est pas la première fois que les paroles d'Arnaud Montebourg font monter la température du dialogue social et du débat politique. Car le ministre du Redressement productif a une méthode de communication bien a lui : la meilleure défense, c'est l'attaque.

Depuis sa prise de fonctions, il a ainsi multiplié les sorties où il a annoncé sa volonté de "se bagarrer" pour se lancer à la "reconquête" de l'industrie française, avec "force" et "courage". Il prend alors la posture du chevalier, clamant que, derrière son panache blanc, le gouvernement agit. A l'image d'Eric Woerth sur Europe 1, ses détracteurs dénoncent une stratégie de communication démagogique. Décryptage du discours d'un ministre continuellement prêt à "défendre" et à "se battre".

Vous êtes à nouveau en ligne