Les comptes d'ArcelorMittal dans le rouge en 2012

(François Lenoir Reuters)

Le géant de la sidérurgie a enregistré des pertes record pour l'année 2012, de près de 3 milliards d'euros. Le groupe affirme notamment être pénalisé par ses activités européennes, dont le site de Florange (Moselle), toujours menacé de fermeture. Le groupe laisse toutefois entendre qu'il ne procèdera pas à de nouvelles restructurations.

Une perte nette de 3,73
milliards de dollars, soit 2,75 milliards d'euros : c'est le chiffre annoncé ce
mercredi
par le géant mondial de l'acier ArcelorMittal pour l'année 2012. Le
groupe enregistre un chiffre d'affaires de 84,2 milliards de dollars, en baisse
de plus de 10% par rapport à 2011. L'an dernier, ArcelorMittal avait été
bénéficiaire, à hauteur de 2,26 milliards de dollars (1,67 milliard d'euros).

Pour expliquer ces pertes,
ArcelorMittal pointe en particulier du doigt ses activités européennes, en
particulier l'usine de Liège en Belgique, et le fameux site de Florange, en
Moselle, menacé de fermeture. Cette division d'aciers plats l'entreprise aurait
à elle seule accusé une perte opérationnelle de 2,2 milliards d'euros au
quatrième trimestre fiscal de 2012.

"Des indicateurs
positifs
" selon Lakshmi Mittal

Selon un communiqué du
groupe, la perte s'explique par "l'affaiblissement de l'environnement
macro-économique et du climat du marché en Europe
". La consommation
d'acier a baissé de 9% en Europe. Ainsi le groupe justifie la fermeture des
hauts-fourneaux de Florange, ainsi qu'une partie de ceux de Liège. A l'heure
actuelle, 16 des 21 hauts-fourneaux européens du groupe sont en fonctionnement,
un "niveau satisfaisant " selon l'entreprise.

L'entreprise s'attend à
devoir faire face à de nouvelles difficultés en 2013, même si son PDG Lakshmi
Mittal affirme avoir "récemment perçu des indicateurs positifs "
qui pourraient "soutenir l'amélioration de la rentabilité " des
activités de la firme. Le groupe se veut ainsi rassurant : "Le niveau
de restructuration que nous avons effectué est approprié
" annonce-t-il, laissant ainsi entendre qu'il n'y aura plus de fermetures majeures.

Manifestation devant le
Parlement européen

Cette annonce tombe en
pleine bataille autour du sort du site lorrain d'ArcelorMittal, à Florange.
Mardi prochain, Arnaud Montebourg et les ministres wallon et luxembourgeois de
l'Economie seront reçus à la Commission européenne pour s'entretenir sur ce
sujet. Ce mercredi, des ouvriers métallurgistes français, belges et
luxembourgeois doivent manifester ensemble devant le Parlement européen de
Strasbourg.

Vous êtes à nouveau en ligne