Emploi : quel avenir pour GM&S ?

FRANCE 2

Vendredi 9 juin, le président de la République était à Bellac (Haute-Vienne) où il s'est entretenu avec les représentants de 277 salariés de GM&S Industrie. 

Après six mois de conflit social, la rencontre avec le président de la République hier, vendredi 9 juin, a mis du baume au coeur des ouvriers de GM&S. Encore faut-il qu'elle soit suivie des faits : "On sort d'un entretien qui s'est bien passé avec le président de la République, après on attend les actes", a déclaré Yann Augras, délégué CGT de GM&S.

Vingt ans de mauvais choix industriels

Et les actes, le gouvernement les prévoit en deux temps. D'abord, une cellule de crise au sein même de l'Élysée. Objectif : trouver de nouveaux clients pour l'équipementier automobile, et pourquoi pas, des candidats à la reprise. Deuxième acte du plan : Emmanuel Macron s'est engagé à appeler les patrons de PSA et Renault pour décrocher de nouvelles commandes et ainsi attiser l'appétit de repreneurs jusque-là très discrets. La faute à la piètre santé de l'entreprise, qui a derrière elle vingt ans de mauvais choix industriels et de plans sociaux. Depuis les années 90, les effectifs ont été divisés par deux.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne