Emploi : l'État doit-il sauver l'industrie?

FRANCE 2

Whirlpool à Amiens (Somme) ou Ascoval à Saint-Saulve (Nord). Des dossiers où l'État français est intervenu. Mais doit-il constamment jouer un rôle dans la sauvergarde de ces dizaines d'emplois? Élements de réponse dans le 20 Heures.

L'industrie française a été le théâtre de dossiers chauds depuis début 2019 - Ascoval à Saint-Saulve (Nord) ou encore Whirlpool à Amiens (Somme)- dans lesquels l'État a dû intervenir. Mais l'interventionnisme est-il une bonne chose pour la sauvegarde de l’emploi industriel ? Pour certains, sauver les emplois coûte que coûte est rentable sur le long terme. "Tout doit être mis en oeuvre pour préserver une filière industrielle ou une entreprise utile au pays. Quand l'État accompagne la fermeture d'une entreprise, c'est la double peine. Non seulement l'État va financer le plan social mais derrière ce sont aussi les collectivités et l'État qui vont devoir se préoccuper des personnes sans emploi", à en croire Fabien Roussel, secrétaire national du Parti communiste.

Orienter la production vers des secteurs d'avenir

"Une entreprise meurt, d'autres se créent. Ça existe tout le temps. Le gouvernement ne peut créer que les conditions qui sont favorables à la vie des entreprises", détaille Eric Woerth, députe Les républicains de l'Oise. "Une bonne moitié de la disparition de l'emploi industriel est lié à des effets de la mondialisation, de la délocalisation d'un certain nombre de tâches dans des pays où elles sont réalisées à moindre coût. L'autre partie c'est l'automatisation et donc la capacité à produire la même quantité de biens avec moins de personnes", déclare l'économiste Robin Rivaton. Tous s'accordent sur un point : l'État français doit davantage orienter l'industrie nationale vers des secteurs d'avenir.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne