Doubs : l'usine de scooters Peugeot tourne au ralenti depuis trois mois

Voir la vidéo
FRANCE 2

À Mandeure, dans le Doubs, les ouvriers ne travailleront que trois jours en novembre.

L'usine Peugeot de Mandeure (Doubs) est pratiquement à l'arrêt. Sur les trois derniers mois de l'année, 180 salariés se sont vu imposer 28 jours de chômage technique. Résultat au mois de novembre, ils ne travailleront que trois jours. La principale conséquence pour les salariés est une diminution de leur salaire. Un coup dur pour Christian Groise, contrôleur qualité de l'usine. "J’ai une perte sur le salaire et puis aussi sur toutes les primes liées au salaire", témoigne celui qui a perdu 400 euros au total, sur un salaire de 1 800 euros.

Des effectifs très réduits

L'usine qui fabrique des scooters est en difficulté financière. En 2018, la production ne dépassera pas les 7 000 unités. La direction a donc mis en place un plan de sauvegarde de l'emploi en plus du chômage technique. 113 salariés devraient être licenciés. "Ça fera le cinquième plan, on a vu nos effectifs passer de 1 500 à maintenant en dessous de 400 et on a peur que cela continue, par manque d'investissements", dénonce Chris Luquet, délégué syndical CFDT. Les annonces sont loin de l'optimisme affiché par la direction de l'usine lors du Salon de l'automobile, où elle avait présenté deux nouveaux scooters électriques qui doivent être construits dans l'usine. Les salariés devraient en savoir plus sur l'avenir du site d'ici mars 2019.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne