Philips va supprimer 230 emplois et fermer une usine en France

Des employés de l\'usine Philips de Lamotte-Beuvron (Loir-et-Cher), le 1er septembre 2016 dans les rues de leur ville.
Des employés de l'usine Philips de Lamotte-Beuvron (Loir-et-Cher), le 1er septembre 2016 dans les rues de leur ville. (MAXPPP)

A Miribel (Ain), 142 postes sur 260 doivent être supprimés pour être délocalisés en Pologne et en Espagne. Le site de Lamotte-Beuvron (Loir-et-Cher), lui, va fermer.

Coup dur pour les ouvriers de Philips. L'entreprise va supprimer 230 emplois sur ses deux derniers sites de production d'éclairage en France, dont celui de Lamotte-Beuvron (Loir-et-Cher) voué à fermer, a indiqué jeudi 1er septembre une source syndicale.

Selon cette source, la direction de la branche éclairage du groupe (Philips Lighting) a annoncé le 24 août aux représentants du personnel la fermeture de ce site employant 89 salariés, ainsi que la réorganisation de celui de Miribel (Ain), où 142 postes (sur 260) doivent être supprimés pour être délocalisés en Pologne et en Espagne.

A Miribel, "toute la production sera arrêtée, il ne restera que le service innovation et le bureau d'études", a-t-elle ajouté. Selon la source, la plateforme logistique située en banlieue parisienne n'est pas touchée par ce plan de restructuration.

Trois mois avant la fermeture définitive

"A ce stade du projet, je ne peux rien (...) confirmer ou infirmer puisqu'on est entré dans un processus d'information auprès du personnel, qui a démarré le 24 août avec un comité central d'entreprise", a réagi un porte-parole de la direction.

La restructuration doit faire l'objet d'un nouveau comité central d'entreprise extraordinaire, vendredi, au siège de l'entreprise à Suresnes (Hauts-de-Seine). Compte tenu du nombre de postes concernés, la procédure durera trois mois. La direction pourra en dire davantage mardi, quand les mesures auront été annoncées sur les sites concernés, selon le porte-parole de la direction.