VIDEO. "Et pendant trente ans, il y en a qui détruisent" : Thomas se souvient de ce que disait un vieux sur les cycles de trente ans

"Pendant trente ans, il y en a qui construisent. Pendant trente ans, il y en a qui en profitent…" Le jeune technicien à l’aciérie Ascoval, dans le Nord, se rappelle de ce que lui avait raconté un ancien… Extrait du magazine "13h15 le dimanche" du 16 décembre 2018.

Thomas est technicien depuis six ans chez Ascoval, l’aciérie de Saint-Saulve dans le département du Nord qui a été reprise par le groupe industriel franco-belge Altifort. Il a découvert le métier de métallo après un passage dans l’agroalimentaire.

"C’est un métier noble. Il y a de la fierté pour les gens qui font ça depuis vingt, trente, quarante ans, et qui peuvent continuer à le faire." Dans l’usine, il n’y a pas beaucoup de "gilets jaunes". S'ils sont plutôt orange ou rouges, à la pause déjeuner, ce sont pourtant les mêmes préoccupations qui alimentent les discussions.

"On est dans les trente dernières années"

"Je suis Bac +3, et quand j’ai signé mon CDI en arrivant, j’étais à 1 700 euros, explique Thomas. Aujourd’hui, je suis à 1 800 euros, donc, j’ai gagné 100 euros en six ans. En fait, si on est juste en-dessous, on arrive à avoir des aides qui nous permettent d’avoir moins de dépenses. Juste au-dessus, on arrive à vivre un peu bien. Mais quand on est pile dans la classe 1 800 / 2 000 euros et qu’on est célibataire, il n’y a aucune aide et on prend quand même les taxes."

"Quand j’ai commencé à bosser, j’ai croisé un vieux qui m’avait dit que c’était des cycles de trente ans, se souvient-il pour le magazine "13h15 le dimanche" (replay). Pendant trente ans, il y en a qui construisent. Pendant trente ans, il y en a qui en profitent. Et pendant trente, il y en a qui détruisent. On est dans les trente dernières années."

Vous êtes à nouveau en ligne