VIDEO. L'incroyable photographie d'un léopard et d'une panthère noire inséparables

BRUT

Ce léopard et cette panthère noire vivent et chassent ensemble dans la forêt de Kabini, en Inde. Sur la piste du "couple" depuis quatre ans, Mithun H Photography a finalement réussi à immortaliser l'instant parfait. Rencontre.

"Pendant les premières secondes, je tremblais littéralement. Je n'arrivais pas à tenir mon appareil. Mais après, j'ai réussi à me ressaisir et à faire quelques photos". Voici Cleopatra et Saaya : le couple éternel. C'est ainsi que les surnomme le photographe animalier Mithun H. Il dit s'être tenu au même endroit pendant six jours dans la forêt indienne de Kabini pour prendre cette photo de Cleopatra, une femelle léopard, et de son ombre et partenaire Saaya, une panthère noire. Mithun est sur la piste du couple depuis quatre ans. "La première fois que nous les avons observés, ce fut très bref. Je les ai vus pendant environ 10, 15 secondes", raconte-t-il. Après s'être armé de patience, il arrive finalement à immortaliser le couple. "Ce moment, je peux le revivre pour le reste de ma vie. Chaque jour de ma vie. J'ai juste à fermer les yeux pour le revivre", raconte Mithun.

Une histoire d'amour de longue date

Mithun a vu Saaya, alors un mâle errant, émerger pour la première fois de la forêt en 2014. Cleopatra s'y trouve depuis 2009. Les deux ont commencé à vivre ensemble en 2016. Mithun avait neuf ans lorsqu'il a visité Kabini pour la première fois. Il dit qu'il en est immédiatement tombé amoureux. Particulièrement fasciné par les grands félins, Mithun a toujours voulu être en contact avec la nature. Très vite, son appareil photo est devenu son compagnon de route.

Mais la photographie animalière n'est pas toujours aussi romantique qu'il n'y paraît... "Vous pouvez planifier une prise de vue et ensuite partir des jours, des semaines. À la fin, vous pourriez revenir sans rien. Ou vous pourriez revenir avec quelque chose de complètement différent, quelque chose auquel vous n'aviez pas pensé", raconte le photographe. Aussi, il souligne la possibilité qu'un simple élément perturbateur vienne compromettre une photographie. "Vous finissez par avoir des photos où une feuille bloque la vue de l'animal. Ou alors un bâton, une brindille. Et oui, il faut accepter ça", explique Mithun.

Vous êtes à nouveau en ligne