VIDEO. "Pièces à conviction" : être auxiliaire de vie, c'est aussi affronter la détresse des personnes âgées

Pièces à conviction/ France3

En France, on compte  500 000 aides à domicile. Des femmes qui se lèvent tôt le matin pour leur première visite et côtoient la détresse des seniors. "Pièces à conviction" a suivi Lucia : son travail ne s'arrête pas aux tâches ménagères...

Lucia, 41 ans, est auxiliaire de vie. Sept jours sur sept, elle enchaîne les visites au domicile de personnes âgées. "Pièces à conviction" l'a suivie dans son quotidien.

Ce jour-là, le deuxième client de Lucia est un homme de 75 ans. Lucia est payée pour les tâches ménagères mais en réalité, son métier ne s’arrête pas là. L'homme dont elle s’occupe n’a pas d’enfant, et Lucia est sa seule visite de la journée. Il explique ce qui lui est difficile à surmonter : "C’est la solitude. Quand on est seul, qu’on a perdu sa femme, c’est le plus dur. C’est la vie, on ne peut rien y faire." 

Aide à domicile : un soutien psychologique  

"Quand on entend des gens qui sont tristes, explique Lucia, en fin de soirée, on a qu’une envie. Rentrer chez soi." Lucia démarre sa journée à 7 heures et la finit à 21 heures. Mais comme toutes les aides à domicile, elle travaille surtout le matin et le soir. Le reste de la journée, elle a de gros trous dans son emploi du temps.

Extrait de "Faut-il garder mamie à la maison ? Enquête sur le maintien à domicile des personnes âgées", diffusée dans "Pièces à conviction" le 6 février 2019.

Vous êtes à nouveau en ligne