VIDEO. Trois spots de plongée incroyables

BRUT

Eau turquoise, grottes et poissons sont au rendez-vous.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

L'Île de Sipadan

Outre ses plages de sable fin et ses eaux turquoises, cette île au large de Bornéo abrite des sites de plongée souvent considérés comme les plus beaux au monde. Le spot incontournable : Barracuda Point. Comme son nom l'indique, on peut y voir plusieurs milliers de barracudas mais aussi des requins pointe-blanche, des poissons-perroquets à bosse et une multitude de petits nudibranches. Un peu plus loin, le spot de Turtle Cavern : une grotte sous-marine, repère d'immenses tortues et un cimetière d'animaux marins. Autre spot fantastique : South Point, un mur de corail où se promènent requins-marteaux et raies mantas.

Les 12 spots de plongée autour de l'île font partie d'une zone marine protégée. Afin de préserver cet écosystème unique, le gouvernement malaisien limite l'accès à 120 plongeurs par jour.

Cénotes du Yucatan

Des cavités cachées remplies d'eau turquoise... Ces "cénotes", signifiant littéralement cavité remplies d'eau, sont formés par une dissolution ou un effondrement de roches calcaires, révélant ainsi un réseau de grottes et de rivières souterraines. Certains tronçons sont accessibles aux plongeurs. Parmi les lieux les plus énigmatiques : le système de Sac Actun, la plus grande grotte inondée jamais découverte.

Dans celle-ci, les scientifiques ont trouvé des fossiles d'animaux éteints il y a plus de 10 000 ans, ainsi qu'un squelette humain. L'anneau de cénotes du Yucatán est aujourd'hui candidat au Patrimoine mondial de l'UNECO.

SS Yongala

Sur cette épave, la nature a repris ses droits. Aujourd'hui presque entièrement recouvert de corail, ce bateau est considéré comme l'un des plus beaux spots de plongée au monde. Le SS Yongala a été coulé par un cyclone le 23 mars 1911. Il effectuait la liaison entre Melbourne et Cairns, en Australie. Aucun des 122 passagers n'a survécu.

En 1958, un pêcheur retrouve la trace du paquebot, au milieu de ce qui est aujourd'hui le parc marin de la Grande Barrière de Corail. L'épave attire maintenant de nombreux plongeurs. La carcasse du bateau, bien conservée, s'étend sur 109 mètres de long et de nombreuses espèces marines ont redonné vie à l'épave. On peut y observer des raies marbrées, des mérous géants, des requins bouledogues... Entre octobre et janvier, dans cette zone, il est également possible de voir des requins-baleines.

Vous êtes à nouveau en ligne