Tourisme : privés de vacanciers, les hôtels sont en crise

Les établissements sont presque déserts quand ils ne sont pas fermés. Pour les hôtels, le chômage partiel a été prolongé jusuq'à décembre. Malgré cela, nombre d'entre eux ne se relèveront pas. 

À Paris, les rideaux sont baissés pour de nombreux hôtels, fermés faute de clients. Pour ceux qui restent ouverts cet été, le constat est amer. "Tout l'étage est vide aujourd'hui", déplore Isabelle Legros, responsable de l'hôtel Plaza Élysée Paris. Cet hôtel n'affiche que 13% d'occupation au mois d'août et accuse 180.000 euros de chiffre d'affaires en moins. L'avenir de l'établissement est en jeu.

La clientèle étrangère fait défaut

"On pourra pas continuer à ouvrir l'hôtel avec cinq chambres d'occupées, c'est pas gérable. Je pense qu'à ce niveau-là, je perds de l'argent", prévient la responsable de l'établissement parisien. À Juan-les-Pins, dans les Alpes-Maritimes, c'est la clientèle étrangère qui fait défaut. Les tables de cet hôtel 5 étoiles restent inoccupées. Accor, le géant français de l'hôtellerie, a déjà annoncé la suppression de 1 000 emplois à travers le monde. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne