Mont-Blanc : permis de grimper

FRANCE 3

À partir de l'été 2019, il faudra un permis pour accéder aux sommets du Mont-Blanc : trop d'imprudences, trop d'expéditions risquées. Des quotas seront instaurés avec obligation de réserver une place en refuge. 

Conquérir le toit de l'Europe peut prendre des allures d'embouteillage. 20 000 randonneurs tentent chaque année l'ascension du Mont-Blanc (Haute-Savoie), avec de pics journaliers de 500 alpinistes. Pour les guides, trop c'est trop. "On a dépassé les bornes, avec une surfréquentation (...) et des actes d'incivilité qui mettent en péril la vie d'autrui" dénonce le Président du Syndicat national des Guides de Montagne, Christian Jacquier. Touristes mal équipés, on voit de tout sur le Mont-Blanc. Le plus grand danger, c'est un couloir très fréquenté en été, sous le refuge du Goûter. Plus il fait chaud, plus les chutes de pierres sont fréquentes et dangereuses.

Limiter l'accès aux randonneurs ayant une réservation

Cet été, pour réguler la fréquentation, seuls les randonneurs ayant une réservation dans l'un des trois refuges ont pu se lancer dans l'ascension. Cette mesure pourrait devenir la règle à l'avenir. Si la préfecture confirme que l'accès à la voie normale du Mont-Blanc sera réglementé, les modalités d'application devront être précisées avant l'été prochain.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne