Voir la vidéo
Brut.

Le chef Bruno Verjus lance un appel pour consommation responsable

Bruno Verjus veut responsabiliser les citoyens : « Je crois qu’aujourd’hui le rapport qu'on va entretenir au monde, (...) c'est dire : qu’est-ce que je veux manger ? ».

Dans son restaurant « Table », à Paris, le chef Bruno Verjus a fait le choix de travailler sans intermédiaire, avec plus de 300 producteurs bio. 

Il a récemment été récompensé par la maire de Paris en personne, recevant des mains d’Anne Hidalgo la médaille de la Ville de Paris.

Bien manger : une responsabilité. 

Pour Bruno Verjus, nos choix de consommation conditionnent le monde qui nous entoure.

« Si on dépense son argent auprès de ceux qui produisent vraiment des bons produits, qui produisent du sens, on investit son argent de manière extrêmement efficace parce qu'on produit un monde dans lequel on a envie de vivre. (…) Au contraire, est-ce qu'on le dépense auprès de ceux qui continuent, qui contribuent à fossoyer le monde et là, auquel cas, il ne faut pas venir se plaindre de vivre dans un monde inamical anti-écologique et plutôt en perdition. ». 

Changer nos habitudes pour changer le monde

Bruno Verjus l’admet : bien manger a un coût, mais c’est un coût qui a du sens : « Il y a un coût supplémentaire qui est le coût de l’effort physique. C’est à dire d’être capable d’aller dans des marchés ou dans des lieux un peu différents pour faire ses courses et ne pas descendre juste au supermarché qui est en bas de chez soi. ».

Une transformation des moeurs qui passe aussi par l’éducation : « Puis il y a un autre coût qui est le coût de se cultiver, c’est à dire d’apprendre à trouver des bons produits. ».

Car, ne l’oublions pas, dans agriculture, il y a culture

plus