"Je traverse la rue, je vous en trouve" du travail : on a testé le conseil donné par Emmanuel Macron à un chômeur

Un serveur à la terrasse d\'un café parisien en août 2016 (illustration).
Un serveur à la terrasse d'un café parisien en août 2016 (illustration). (BRUNO LEVESQUE / MAXPPP)

Selon le chef de l'État, les emplois dans la restauration courent les rues. Franceinfo a fait le test dans une dizaine d'établissements à Paris.

Est-il si simple de trouver un emploi dans la restauration, comme l'a affirmé samedi 15 septembre Emmanuel Macron ? Selon le test effectué par franceinfo auprès de douze établissements parisiens, une courte majorité se dit prête à recruter, mais avec des exigences de qualification. Et l'embauche ne se fait pas forcément à temps complet. 

>>VIDEO. "Je traverse la rue, je vous en trouve" : la leçon d'Emmanuel Macron à un jeune horticulteur en recherche d'emploi

La réplique du chef de l'État à un jeune jardinier au chômage est passée au vérificateur dans le quartier du boulevard de Montparnasse. La première visite est pour une crêperie bretonne… qui ne recrute pas. "On a tout ce qu’il nous faut. Et j’ai une pile de CV en attente", dit une responsable. C'est raté pour ici et à en croire Romain, un serveur embauché il y a 15 jours, ça ne sera pas si facile.

J’ai fait tout le tour de Paris, boulevard Saint-Germain, les Champs-Élysées, Montparnasse pendant un mois, je n’avais rien. Et pourtant j’ai 15 ans de métier.Romain, serveurà franceinfo

Visiblement, il ne suffit pas de traverser la rue pour trouver du travail à Paris. "Ça, c’est une idée reçue", confirme Romain. Pourtant, à proximité, au Bistro Burger, on "recherche" un employé, depuis "deux semaines". La gérante se dit prête à recruter un employé, même un jardinier, pourvu qu'il soit volontaire. Ce n'est pas le cas au café La Consigne. "Trop compliqué, pas le temps de former", nous répond-on. Même tonalité à La Rotonde, une brasserie chic où Emmanuel Macron avait fêté les résultats du premier tour de la présidentielle : "Malheureusement, on ne peut pas faire travailler en salle des gens non qualifiés." 

Après douze établissements visités, il apparaît qu'Emmanuel Macron a plutôt vu juste sur la statistique : cinq établissements ne recrutent pas et sept embauchent, même si c'est parfois pour du temps très partiel. Et un sur trois ne veut pas d'un jardinier...

Trouver du travail dans la restauration, est-ce si facile ? Le reportage de Jérôme Jadot à Paris
--'--
--'--

Vous êtes à nouveau en ligne