Île-de-France : les professionnels de l'hôtellerie-restauration craignent "25% de fermetures" d'établissements à la rentrée

L\'hôtel de luxe Le Bristol, à Paris, n\'envisage de rouvrir qu\'au 1er septembre 2020.
L'hôtel de luxe Le Bristol, à Paris, n'envisage de rouvrir qu'au 1er septembre 2020. (FRANCK FIFE / AFP)

Le représentant de l'union des métiers et des industries de l'hôtellerie d'Île-de-France appelle l'État à "poursuivre certaines aides, comme l'exonération des charges patronales".

"Pour la rentrée, nous tablons sur 25% de fermetures, des dépôts de bilan, des faillites", a annoncé sur France Bleu Paris mercredi 29 juillet Jean-Marc Banquet d'Orx, président de l'Umih (union des métiers et des industries de l'hôtellerie) d'Île-de-France.

Il a estimé que ces établissements "ne pourront pas faire face aux besoins de trésorerie car, si on a eu une aide, et heureusement que l'État est là, aujourd'hui ça ne suffit plus". Pour Jean-Marc Banquet d'Orx, "si 90% des hôtels sont ouverts en France, il y en a seulement un sur deux en Île-de-France", faute de touristes en raison de la crise liée au coronavirus. L'Umih demande à l'État de "poursuivre certaines aides, comme l'exonération des charges patronales, qui s'est arrêtée fin juin".

On ne sent pas la reprise, pour nous la relance est loin.Jean-Marc Banquet d'Orx, président de l'Umih d'Île-de-France

Une cellule psychologique a par ailleurs été mise en place par le syndicat pour permettre aux professionnels de l'hôtellerie-restauration de parler de leur situation et des difficultés qu'ils rencontrent.

Vous êtes à nouveau en ligne