Bateaux-mouches : ils reprennent du service

À Paris les professionnels du tourisme misent sur la clientèle française pour compenser une partie du manque-à-gagner. Les bateaux-mouches, par exemple, sont loin de faire le plein.

Aux pieds de l’inamovible “dame de fer“, c’est un bateau emblématique de Paris qui repart en croisière. Après 110 longues journées sans naviguer, le capitaine Stina Frederiksen retrouve enfin son poste de pilotage fluvial avec l’enthousiasme d’un jeune matelot qui reprend le travail. “C’est le plus beau bureau du monde, on a les plus beaux paysages, on a la vue qui change tout le temps, on voit presque tout ce qui est beau à Paris. On ne va pas jusqu’à Montmartre, mais on voit une bonne partie et c’est paisible“ déclare-t-elle.

Baisse du chiffre d’affaires de près de 60 %

Plus tôt dans la journée, c’est depuis la terre ferme que la reprise s’organise, sous les ordres du directeur, soulagé de reprendre enfin son activité. Car la crise sanitaire a fait baisser son chiffre d’affaires de près de 60%. “J’ai fermé avec la boule au ventre le 14 mars et là c’est un plaisir, vous ne pouvez même pas imaginer“ se réjouit Arnaud Daniel directeur général des bateaux parisiens - Batobus.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne