Au plus près : la bonne affaire des braderies

FRANCE 3

Un loisir pour les chineurs, une façon d'arrondir ses fins de mois pour les vendeurs. Dans les braderies, tout le monde y trouve son compte et le marché est florissant.

À Beauvais (Oise), pour la première fois une brocante a pris place dans l'hypercentre dimanche 30 septembre. Elle comptait 70 exposants. Un objet à prix imbattable, un objet insolite, des horloges, des chaises, des livres... Pour une bouchée de pain : il y a de tout. "On trouve des choses dont on n'a pas forcément besoin", admet une passante. Les collectionneurs espèrent gagner 600 à 800 € sur une journée comme celle-ci. Un beau complément de revenu qui ne sera pas imposable et qui servira peut-être à acheter ... Une nouvelle pièce de la collection. La brocante a été organisée par les commerçants, pas pour se faire concurrence mais pour dynamiser le centre ville, d'ordinaire désert le dimanche.

Les particuliers y trouvent aussi leur comptes

Un vide maison est organisé à quelques kilomètres de là, Sylvie Collé vide son intérieur à l'approche de son déménagement. "L'important c'est que ça parte", dit-elle. Mais ces particuliers ne sont pas des concurrences pour les vrais brocanteurs. "Au contraire, c'est un apport de marchandise, c'est de la marchandise fraiche, ce qui va nous poser problème c'est celui qui en fait son métier et va le faire toute l'année", déclare Maurice Richard, brocanteur. Au chalet d'inscription de la braderie on rappelle la règle : deux ventes par an maximum pour les particuliers. Certains ont déjà trouvé comment contourner : s'inscrire en groupe d'amis. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne