Livreurs à domicile : les nouveaux esclaves du numérique

Ce sont des travailleurs précaires des temps modernes. Ils ne sont pas salariés, mais indépendants. Les livreurs d'application de repas se rebellent pour tenter d'obtenir un statut. Même lorsque ces travailleurs précaires manifestent, les géants du net ne lâchent pas la bride, comme le montre cet extrait du magazine "Cash Investigation".

Octobre 2018. Rassemblement de livreurs en colère à Paris. Les livreurs refusent qu'on les filme. Mais, six mois plus tard, cette histoire un peu banale se transforme en affaire d'espionnage, quand une source nous confie 6 000 pages de mails internes de l'entreprise Deliveroo. Dans la masse de documents, un message indique que la société cherche à repérer les livreurs réfractaires.

Deliveroo tente d'identifier les livreurs grévistes

Le message est daté du 22 octobre 2018 et fait référence à la manifestation filmée. L'objet du courriel est clair : identification gréviste. L'auteur, un responsable de Deliveroo, explique avoir identifié une bonne partie des grévistes grâce au monitoring rider location, le système de géolocalisation de Deliveroo. Et ce n'est pas tout. Une fois les grévistes identifiés, l'entreprise essaie de monter des dossiers contre eux.

Ce numéro de Cash Investigation sera diffusé sur France 2 mardi 24 septembre à 21h05.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne