Jets de gaz lacrymogènes au Parlement kosovar

BRUT

Le 21 mars, au Parlement kosovar, des députés d’opposition ont lancé des gaz lacrymogènes pour empêcher la ratification d’une nouvelle frontière avec le Monténégro.

À Pristina, capitale du Kosovo, des canettes de gaz lacrymogènes ont été lancées en plein Parlement. Le parti d’opposition de gauche nationaliste Vetevendosje, à l’origine des incidents, souhaitait empêcher la ratification d’une nouvelle délimitation de la frontière entre le Kosovo et le Monténégro.

Ce n’est pas la première fois que du gaz lacrymogène est utilisé au Parlement kosovar. Des députés d’opposition en avaient déjà jeté en 2015, pour empêcher l’élection du président Hashim Thaçi, et en 2016 pour s’opposer à des accords avec la Serbie.

Une ratification cruciale

La nouvelle frontière, autrefois interne à l’ex-Yougoslavie, a été votée par le Parlement monténégrin dès décembre 2015. Mais au Kosovo, les gouvernements successifs n’étaient jusqu’alors pas parvenus à réunir une majorité sur ce sujet.

La délimitation d’une nouvelle frontière est un enjeu crucial pour le gouvernement kosovar, car l’Union européenne en a fait une condition pour la libéralisation de visas aux citoyens du pays. Malgré les jets répétés de gaz lacrymogène par l’opposition, le Parlement a pu voter la nouvelle délimitation de la frontière le 21 mars en début de soirée.

Vous êtes à nouveau en ligne