Immigration : le gouvernement veut fixer des quotas professionnels chaque année

france 3

Recruter à l'étranger pour répondre aux besoins de secteurs en tension : le gouvernement veut instaurer des quotas pour l'immigration économique, qui seraient débattus chaque année par le Parlement.

Dans les cuisines d'un restaurant, un réfugié politique soudanais résidant en France est employé à la plonge en CDI depuis le mois de juin. Pourtant, selon son patron, le faire travailler a été très compliqué. "Au niveau des papiers administratifs, c'est très lourd. Il faut remplir beaucoup de documents sans être sûr de soi. Il faut donc faire appel à des associations", explique Alain Fontaine, restaurateur. Dans l'hôtellerie-restauration, 150 000 emplois seraient non pourvus. Un secteur en tension comme d'autres en France.

Plutôt privilégier la formation des chômeurs ? 

Employés du bâtiment, carrossiers, ou encore géomètres : des métiers qui n'attirent pas ou manquent de candidats formés. Pour le gouvernement, la solution est à l’étranger. Une liste des métiers en tension sera définie avec un quota de travailleurs étrangers à qui la France donnera à un visa de travail pour un métier donné et une durée déterminée. Ces quotas seront redéfinis chaque année. Mais pour la Fédération française du bâtiment (FFB), ce système ne devrait pas être la priorité. "Le système de quotas économiques ne me semble pas être la solution. Il sera peut-être utile dans quelque temps, mais pour le moment commençons à former nos chômeurs", explique Jacques Chanut, président de la FFB. La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, recevra les organisations syndicales et patronales à partir du 18 novembre 2019.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne